L’épreuve d’effort

model released exept for sexual use

Allgemeinmedizinische Praxis, Dr. Carsten Zamani, Marienstr. 61, 30171 Hannover

Une épreuve d’effort consiste à enregistrer des paramètres cardiologiques durant un effort.

Les paramètres mesurés sont le pouls, la tension artérielle, et surtout l’électrocardiogramme.

Prescription

L’épreuve d’effort peut être prescrite par votre médecin à la recherche :

  • D’une maladie des artères du cœur
  • D’un trouble du rythme du cœur
  • De l’évaluation de l’efficacité du traitement administré
  • D’une hypertension artérielle à l’effort
  • De l’évaluation de la capacité d’effort

L’indication principale est la recherche d’une maladie des artères du cœur. En effet, lors de l’effort, le muscle du cœur se contracte de façon plus vigoureuse, ce qui nécessite donc plus d’oxygène.
Or, si une artère du cœur est bouchée partiellement, l’effort permettra de révéler une souffrance du muscle du cœur qui ne reçoit plus assez d’oxygène.

Une épreuve d’effort peut ainsi être réalisée pour établir le diagnostic de maladie des artères du cœur mais peut aussi être réalisée pour évaluer l’efficacité d’un traitement dont le but est de traiter cette maladie.
Chez le sportif, l’épreuve d’effort est couplée à la mesure des gaz respiratoires et notamment à la mesure de VO2 max, qui représente la capacité aérobie de l’organisme.

Préparation

Il n’existe aucune préparation avant la réalisation de cet examen.

Déroulement de l'examen

La nature de l’effort

Il existe plusieurs types d’efforts: celui qui fait intervenir les jambes et celui qui fait travailler les bras. Les protocoles d’épreuve d’effort les plus souvent employés font appel au vélo ou au tapis roulant. Les épreuves d’effort à bras, réalisées sur un appareil ressemblant à un rameur, sont relativement rares et généralement pratiquées chez les sujets très sportifs.

Le protocole d’effort

Selon les paramètres des malades et leur condition physique, un protocole d’effort sera défini par le médecin responsable de l’examen. Dans les situations les plus classiques, ce protocole correspond à un effort augmentant de 30 watts toutes les 2 minutes.

Les enregistrements des paramètres

La tension artérielle est recueillie au bras par l’infirmière, toutes les 2 minutes en moyenne, à l’aide d’un brassard et d’un stéthoscope.
La fréquence cardiaque est mesurée grâce à l’électrocardiogramme.
Pour la réalisation de l’électrocardiogramme, l’infirmière doit brancher un certain nombre d’électrodes sur la personne qui bénéficie de l’épreuve d’effort.

Ces électrodes sont réparties comme suit: 6 électrodes sont placées sur le thorax, à des endroits bien précis. 4 électrodes sont placées dans le dos de manière à ne pas gêner l’effort.

Avant la réalisation de l’effort, le médecin réalise un enregistrement de l’électrocardiogramme.

La pratique de l’effort

Au fur et à mesure de l’effort, celui-ci devient de plus en plus difficile. En effet, la puissance à fournir par le malade est augmentée à intervalles réguliers (en règle générale toutes les 2 à 4 minutes).
La durée de cet examen dépend donc de la capacité du patient à réaliser l’effort, mais en règle générale une épreuve d’effort dure de 9 à 15 minutes. Le médecin reste très attentif à l’ensemble des paramètres durant la réalisation de l’épreuve d’effort.

 

Suivi de l'examen

epreuve_effortLe résultat porte sur plusieurs paramètres:
l’intensité de l’effort réalisé
le profil de la tension artérielle durant l’effort et l’enregistrement de l’électrocardiogramme.

Les critères cliniques ont également une importance capitale (douleur dans la poitrine, malaise…).
Cet enregistrement peut en effet montrer l’apparition d’un trouble du rythme du coeur, et surtout un signe de souffrance du muscle cardiaque.

Les bénéfices et les risques

Les complications sont rarissimes.
La complication principale est l’apparition d’une tachycardie ventriculaire qui doit être prise en charge très rapidement.
Pour cette raison, les médecins disposent d’un matériel de réanimation dans la salle où est réalisée l’épreuve d’effort, ce matériel étant par ailleurs obligatoire.
Red. Dr Bénigne MATHIEU Rev. Dr Stéphane Voguet – 26 / 02 / 2009